Aller au contenu principal
Logo de la Commission européenne
Représentation en Belgique
Article d’actualité30 octobre 2023Représentation en Belgique

Eurobaromètre : l'importance du bien-être animal selon les Européens et les Belges

La protection du bien-être des animaux est essentielle pour les Européens et les Belges, d'après les résultats d'une enquête Eurobaromètre publiée le 19 octobre par la Commission.

A farm involved in the 'BETTER Farm beef' Programme in Thomastown, Ireland

 

Depuis plus de 40 ans, la Commission s'efforce d'accroître le bien-être animal, en améliorant progressivement la vie des animaux et en adoptant des normes législatives parmi les plus élevées au monde en matière de bien-être. Cette enquête révèle l'importance de ce sujet pour les citoyens de Belgique et de l'UE tout entière.

Principaux résultats

Une grande majorité d'Européens (84 %) et de Belges (9 %) estiment que le bien-être des animaux d'élevage devrait être mieux protégé dans leur pays. 60 % des Belges déclarent être régulièrement en contact avec des animaux dans la vie quotidienne, et dans 44 % des cas, avec leurs propres animaux de compagnie. Près de trois quarts des répondants européens (74 %) et 66 % des répondants belges sont favorables à une meilleure protection du bien-être des animaux de compagnie dans leur pays.

Plus de 90 % des Belges et Européens estiment que les pratiques d'élevage devraient obéir à des exigences éthiques fondamentales. Il s'agit notamment de veiller à ce que les animaux disposent de suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau, vivent dans un environnement adapté à leurs besoins et soient manipulés correctement. L'enquête a également montré que les répondants se soucient énormément du bien-être des animaux dans les abattoirs.

Trois quarts des répondants européens – et 68 % des répondants belges – ont jugé qu'il était inacceptable de tuer les poussins mâles à la naissance, tandis qu'une écrasante majorité soutenait l'interdiction de couper certaines parties du corps des animaux (queue, oreilles, bec, etc.), sauf en cas de stricte nécessité et sous anesthésie. En ce qui concerne l'élevage d'animaux à fourrure, plus de la moitié des répondants européens (57 %) et la moitié des répondants belges estiment qu'il devrait être strictement interdit dans l'UE, tandis que près d'un tiers des Européens (32 %) pensent qu'il ne devrait être maintenu que si le bien-être est amélioré. Pour les Belges, ce chiffre est de 36 %.

En ce qui concerne les importations de denrées alimentaires en provenance de pays tiers, plus de huit Belges (86 %) et Européens (84 %) sur dix estiment qu'il faut changer la situation actuelle en matière de bien-être des animaux, soit en appliquant les règles de l'UE en matière de bien-être des animaux aux importations de denrées alimentaires, soit en étiquetant les denrées alimentaires conformément aux normes appliquées.

Finalement, 6 % des répondants belges et européens ont déclaré qu'elles seraient prêtes à payer davantage pour des produits issus de systèmes d'élevage respectueux des animaux. Environ un quart des Européens (26 %) et 30 % des belges seraient prêts à payer jusqu'à 5 % de plus pour des aliments respectueux du bien-être des animaux.

Plus d’info

Détails

Date de publication
30 octobre 2023
Auteur
Représentation en Belgique