Skip to main content
Logo van de Europese Commissie
Vertegenwoordiging in België

Est-ce que l’Union européenne est sociale ?

L’Europe sociale au cœur du plan de relance et de la sortie de crise

Pendant la crise du COVID-19, l’Union européenne (UE) a pris de nombreuses mesures pour sauver des emplois, en finançant par exemple le système du chômage partiel (plus de 6 milliards d’euros en Belgique, soit environ 25% des emplois). La priorité est maintenant donnée à la formation, aux aides à l’embauche, et à la lutte contre la pauvreté.

Par exemple, dans le plan de relance belge  qui est financé par l’UE, de nombreux projets seront liés à la formation et aux compétences (création de nouveaux centres de formation, mise en place de nouvelles mesures d’accompagnement des demandeurs d’emplois, amélioration de la performance des systèmes éducatifs, soutien à la numérisation etc.).

Des aides financières pour la formation et la recherche d’emploi

Le Fonds social européen   vise en priorité à aider à trouver un emploi, à intégrer les personnes handicapées dans la société ou à assurer de meilleures perspectives à tous. Pour la période 2021-2027, l’UE investira plus de 88 milliards d’euros dans le financement de projets aux niveaux national, régional et local !

L’UE a également pris des mesures pour soutenir l’emploi des jeunes. La garantie européenne pour la jeunesse en est un bon exemple: chaque État membre de l’UE s’est engagé à offrir à chaque jeune Européen de 15 à 29 ans, un emploi, une formation ou un stage de qualité dans les 4 mois suivant la fin de ses études ou son inscription au chômage.

Soutien aux plus démunis

L’objectif ici est de ne laisser personne de côté et de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin. Quelques exemples concrets :

  • la Belgique a demandé l'activation du fonds de solidarité de l'UE pour faire face aux importants dégâts causés par les inondations survenues en juillet 2021.
  • Les financements européens permettent également de distribuer de l’aide alimentaire aux plus démunis, en particulier pour faire face aux conséquences de la crise et à l’augmentation du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire. En 2021 et 2022, 54 milliards d’euros de financement européen seront utilisés pour la distribution d'aide alimentaire et de produits hygiéniques.
  • La Commission a proposé un nouveau Fonds social pour le climat pour aider les ménages les plus modestes à pouvoir payer leurs factures et à financer leurs investissements dans la rénovation ou l’installation de nouveaux systèmes de chauffage et de refroidissement et une mobilité plus propre. 

Une protection sociale parmi les plus élevées au monde

Dans le domaine social, le rôle de l’UE est d’accompagner et de compléter les politiques nationales. Chaque pays membre de l’UE est en effet libre d’organiser son système de protection sociale. Cependant, les pays européens ont décidé de se donner certaines règles communes : c’est l’acquis social européen. Il fonctionne toujours sur le même principe : le niveau européen fixe des exigences minimales communes, les États membres ont toujours la possibilité d’aller plus loin. Aujourd’hui les citoyens de l’Union européenne se voient offerts une protection sociale parmi les plus élevées au monde.

Le Socle européen des droits sociaux énonce à l’ensemble des États membres, tels que le droit à l’éducation, à la formation et à l’apprentissage tout au long de la vie, l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ou le droit à un revenu minimum. La Commission européenne a présenté en mars 2021 unplan d’action sur le socle européen des droits sociaux, qui propose un ensemble d’initiatives, dont trois objectifs principaux pour 2030 :

  • un taux d’emploi d’au moins 78% pour la population adulte de l’Union Européenne,
  • la participation d’au moins 60% des adultes à des activités de formation,
  • une diminution d’au moins 15 millions de personnes menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale, dont 5 millions d’enfants.

Lutte contre toutes les formes de discrimination

L’Union européenne a aussi adopté une Charte des droits fondamentaux, contraignante pour tous les pays de l’Union, qui définit les droits des citoyens européens autour de six valeurs universelles : la dignité, la liberté, l’égalité, la solidarité, la citoyenneté et la justice.

Pour lutter contre les discriminations, la Commission a récemment proposé un plan d’action pour lutter contre le racisme et une stratégie pour l’égalité des personnes LGBTQI.